J’étais angoissée et un peu déprimée  après l’anesthésie (il parait que c’est normal) et de m’allonger, en bougeant par cercles sans effort, en petits mouvements doux, les bras, les chevilles, la tête de gauche à droite, puis quelques jours plus tard, respirer plus profondément et bouger le bassin en pensant à l’horloge comme tu nous le dis pendant les séances, puis quelques autres mouvements doux, ils m’ont redonné confiance en mon corps. Le feldenkrais me recentre, m’aide à me calmer, me donne un rapport  à moi et à l’autre plus paisible.

Marie, artiste-plasticienne